آخر الأخبار :

le dernier des mohicans


S il est resté un seul opposant au regime de Hassan II , c est lui
Si Ahmed Benani le politologue enseignant a l université de Lausanne , decédé hier a l age de 66 ans , que son ame repose en paix .Né a Meknés en 1950 il avait quitté le Maroc pour la Suisse en 68 ..
Il est considéré par une certaine élite comme le chef de fil des anti - monarchistes, et l un des precurseurs du mouvement 20 fevrier au Maroc dont l étincelle jaillit de jeunes atheistes qui evoluaient dans la meme sphere dans les reseaux sociaux qui lancèrent l appel et sortent dans les rues , avant que les islamites soutenus par les americains ne prennent le controle du printemps arabe en Tunisie , Egypte Libye , mais aussi au Maroc ..
l été 1975 , l année de l obtention de son doctorat , le Maroc se préparait secretement a la marche verte , 5 parmi 8 detenus dans une prison secréte sur la route des Zaers , Dar El Mokri font une tentative d évasion , ils furent attrapés quelques jours plus tard et exécutés par le general Dlimi , les 3 autres furent confiés a la garde de la gendarmerie , on les transferera quelques années plus tard a Tazmamart ou beaucoup de places se sont libérés aprés la mort d une dizaine de bagnards qui y étaient enfermés depuis 1973 ..
Debut 90 Ahmed Benani créa avec Moumen Diouri , Gilles Perrault Christine Daure Serfaty et d autres les comités de lutte contre la repression au Maroc , dont il était representant pour la Suisse ..
c est a ce titre qu il signala la disparition des fréres Boureqat aprés leur sortie de Tazmamarte decidée par Hassan Ii aprés la publication de Notre ami le roi ..et la fuite spectaculaire des enfants d Oufkir qui ne lui permettait plus de nier l existence des bagnes au Maroc .! les freres Boureqate furent libérés 3 mois plus tard , ils rencontrent Ahmed Benani en Suisse en méme temps qu ils negocient avec Naciri avocat du gouvernement , le montant de leur indemnité (1 millions d euros a partager entre les trois fréres ) .
Ali Bourequat publiera son récit sur Tazmamarte , on saura que les 5 detenus qui ont tenté l evasion en Aout 75 étaient 4 militaires du putsh de Skhirates et un civil syndicaliste gardés par Dlimi dans ce lieu secret , les plus proches du Colonel Ababou et les plus dangereux , qui n ont pas été transférés a Tazmamarte avec les autres en 73 c étaient l adjudant Akka , le Colonel Ababou , le capitaine Chellat qui avait pris la Radio et l aspirant Mrizeg beau frére de Medbouh cerveau du Putch .. et le syndicaliste Houssine Manouzi kidnapé de Tunis et transporté au Maroc dans une voiture , ce que revelera plus tard en 2011 Ahmed Benani ..
les 3 autres qui ont flairé le piége et n ont pas tenté l évasion sont les freres Bourequat , les 5 évadés repris ont été executés dans la cour du lieu de detention secret par le général Dlimi ..
en 1993 Hassan II decréta l amnistie générale et permit aux enfants d Oufkir de quitter le Maroc .c était le début de l ouverture , entre 94 et 2002 , la totalité des opposants a Hassan II sont rentrés au Maroc , la monarchie n avait plus d opposant ..!
mi 90 , un jeune prince neveu du roi , que Hassan II tenait a montrer a coté de lui a sa gauche dans les discours officiels depuis la mort de son pére , fit des declalarations trés hazardeuse dans une conference a l étranger , il y parla de primogeniture dans l accession au trone , cela indisposa Hassan II , mais il n en tient pas compte ..
deux jeunes banquiers et un assureur qui aprés avoir roulé leur bosse , veulent fonder un journal économique , creneau qu ils jugent bon , et veulent concurrencer la vie économique un tabloid qui marche en l absence de toute presse digne de ce nom 
ils s appellent Boubker Jamai et Ali Amar , et l assureur Fadel Iraki qui avance les fonds ..Jamai fait appel a son cousin Jamal Berraoui rédacteur a la Vie Economique avec Lotfi Akalay l écrivain Tangerois ,et Ali Lmrabet ex chargé d affaire a l ambassade du Maroc a Buenos Aires ..Berraoui devient le redacteur en chef du Journal et Ali Lmrabet son adjoint , il lui avait dit , que les autres sont des banquiers et ne comprennent rien , c est eux les journalistes qui dirigeront l affaire , Lmrabet le remplacera un peu plus tard , son coup d éclat a été d interviewer Benjamin Netanyahou dans son bureau a Jerusalem , d autres journalistes rejoignent le Journal dont Mouna Lahrech et Zineb El Rhazoui ..
le prince Moulay Hicham cousin du roi , rejoint le groupe et fit un don d un million de dirhams au Journal , pour accompagner des stagiaires . le journal prone l ouverture et publie des articles critiques d ex detenus et opposants , dont Fouad Abdelmoumni Najib Akesbi ou Abdellatif Laabi .. en 2001 lmrabet quitte le journal et sort un hebdomadaire satirique Demain Magazine ..!
Ahmed Benani rencontre le prince Moulay Hicham dans une conference internationale a Barcelone , appelé desormais le prince rouge , il quittera le Maroc pour s installer aux Usa !
Juin 2002 , je publie une caricature sur le général de la gendarmerie Hosni Benslimane et un article dans Demain Magazine , Lmrabet me propose de travailler pour lui ..je contacte Boubker Jamai qui me fait la meme proposition je decline l offre , mais aprés une longue discussion je lui propose de changer la maquette de son tabloid économique et les rubriques pour en faire un magazine people .. je lui fais un rapport détaillé , le Journal changea completement d aspect ..!
je travaillais neamoins a Demain magazine pour sortir quelques numéros , mais excédé par le desordre ambiant , j ai préféré retourner a ma peinture dans la rue ..!
c est sur une idée de notre ami l anthropologue Abdessamad Mouhieddine que le roi annonce dans un discours le 17 juin 2005 L INDH , l initiative nationale de developpement humain ..!
longtemps aprés le discours du 17 juin 2005 annoncant l INDH , en 2010 survint l affaire Samir Eddahre son excellence l ambassadeur a Bruxelles et Samira Lahlou qui voulait organiser avec son mari , une reception en presence de celebrités dont Alain Delon pour promouvoir la candidature du roi M6 au prix Nobel de la paix ..c est de Sélima l ainée des enfants Lahlou , employée d un service de l Onu a Genéve que j apprends certains details qu elle garde au secret ..elle sait que je suis un ami de la famille et me fait confiance 
l ambassadeur estima que lui seul en tant que representant du royaume est habilité a entreprendre une telle demarche s il le juge necessaire .et il annule la reception de Samira Lahlou , s ensuivit une dispute entre les deux , Samira s adressa a Ahmed Benani en Suisse qui ecrit et publie une lettre ouverte a l ambassadeur Samir Eddahre ou il l accuse de vouloir rétablir le droit de cuissage ..
C est alors qu intervint Claude Moniquet pour defendre l ambassadeur , je participais a la discussion , je fais la connaissance de Claude Moniquet et je lui fais comprendre que je connais bien son rapport que j ai travaillé dessus entre 2006 et 2007 ..! et qu il s y trouve, une phrase anodine dans un paragraphe qui est la preuve irrefutable que le rapport a été commandé .. (si c est ce qu il fallait prouver pour le journal ) il s agit d un secret que quelques rares personnes devaient connaitre en 2005 et 2006 , et qu il fallait relire le rapport en 2007 pour decouvrir le pot aux roses , ce que les journalistes du Journal n ont pas fait .! un troll appelé Mohamed Oufkir essayait par tout les moyens d empecher la discussion ..
on continue en Mp , et j explique tout a l expert en stratégie et sécurité , ce qu il sait , et ce qu il ne sait pas aussi de l affaire , (nous y reviendrons dans le détail dans la 3e partie )...il m explique qu il ne fait qu offrir ses bons offices pour la reconciliaton entre Samira Lahlou et Samir Eddahre et qu il se retire, les autres protagonistes s appaisent l affaire est close .
revenons donc a l affaire depuis le début :
l affaire Moniquet /le Journal Hebdomadaire 
Les faits : en décembre 2005, l'hebdomadaire marocain le Journal publie un article intitulé "un rapport sur commande". Ce rapport est l'oeuvre de l'ESISC , il lui reproche une méthodologie défaillante et des citations sélectives . Le rapport se termine par une série de recommandations qui concernent tant le futur du Sahara Occidental que le Front Polisario et qui, curieusement, valident la position du gouvernement marocain. Il conclut en se demandant si ce document un peu trop complaisant envers les thèses marocaines n'aurait pas été commandé par le Maroc, puisque le site de l'ESISC précise qu'il se finance "sur la base de contrats de recherche et de missions ainsi que de donations".
Claude Moniquet, le directeur de l ESISC ( European Strategic Intelligence and Security Center ) est un expert en terrorisme reconnu, qui avait auparavant travaillé a la DGSE avec une couverture de journaliste , estime avoir été diffamé. intente donc une action en justice et exige a travers son avocat Maitre Mohamed Ziane ( ex ministre de Hassan II ex president du barreau de Rabat et avocat du gouvernement , chef de parti et directeur de quotidien et hommes d affaires entre autres ) la somme de cinq millions de Dirhams (près de 500.000 €) à titre d'indemnité. Lors du procès, Le Journal Hebdomadaire n'a pu faire comparaître de témoins à décharge . Le jugement est tombé: le tribunal de Rabat condamne le journal au paiement de trois millions de Dirhams,
en 2007 ne pouvant payer , Boubker Jamai céde la direction du Journal hebdomadaire a Ali Amar et s exile aux Usa , le journal continue a sortir jusqu a sa fermeture en 2009 par un huissier de justice pour accumulation de 1,7 milliard de dettes , dont une partie en cotisations de securité sociale de ses employés impayés ...
( a suivre )




نشر الخبر :
عدد المشاهدات
أرسل لأحد ما طباعة الصفحة
الرجاء من السادة القراء ومتصفحي الموقع الالتزام بفضيلة الحوار وآداب وقواعد النقاش عند كتابة ردودهم وتعليقاته،وتجنب استعمال الكلمات النابية أو الحاطة للكرامة الإنسانية.